[Ils se sont lancés sur les réseaux sociaux] Episode 4 : les ONG

Afin de comprendre les problématiques rencontrées par les entrepreneurs sur les médias sociaux, j’ai décidé de consacrer une rubrique complète au décryptage de ces nouveaux outils.

Vous pouvez retrouver les trois premiers épisodes de cette série ici :

Episode 1 : l’hôtellerie
Episode 2 : l’e-commerce
Episode 3 : les professions libérales

Pour ce quatrième épisode, je m’intéresserai plus particulièrement aux organisations non-gouvernementales (ONG).

Problématique du secteur

Les organisations non-gouvernementales ont pour mission de sensibiliser la population aux causes qu’elles défendent, afin d’apporter un soutien moral/financier à des catégories de personnes/métiers en difficulté. Les principales missions de ces organismes sur les médias sociaux seront alors de :

- Mettre en avant les actions de l’organisation
- Sensibiliser les internautes à propos d’une ou plusieurs causes
- Récolter des dons
- Recruter des volontaires

Tout le long de cet article, je vais tenter de décrypter les méthodes d’utilisation des médias sociaux par différentes ONG, afin de comprendre comment celles-ci mettent en avant leur organisation, ainsi que leurs actions.

Les ONG sur les médias sociaux

Sur Facebook

La page Facebook d’une ONG peut remplir diverses missions. Tout d’abord, elle permet d’indiquer de manière instantanée le message fort du moment, via le bandeau de couverture :

Exemple : Action contre la faim

Exemple : Croix-Rouge française

A cette occasion, ces organisations mettent en avant une opération spéciale afin de sensibiliser l’internaute. Les onglets présents  à côté de la description de la page ont plusieurs fonctions :

Mise en avant une opération :

Promotion d’une Newsletter :

Récolte de dons :

Ensuite, vient le corps de la page Facebook. Celui-ci est utilisé de différentes manières par les ONG :

La promotion d’articles de blog :

La mise en avant d’actions sur le terrain & recrutement de bénévoles :

La page Facebook est aussi (et surtout) un espace de conversation avec les internautes, via les messages que peuvent poster ceux-ci. Dans le cas de la Croix-Rouge, il est donc possible d’obtenir des informations détaillées sur les modalités pour devenir bénévole, par le travail d’information du Community Manager :

C’est aussi l’occasion de constituer un ou plusieurs albums photos, où les différentes actions des ONG sont mises en valeur. Dans ce cadre, je vous propose d’observer l’exemple de Médecins du Monde ci-dessous :

En résumé, on remarque que l’utilisation de Facebook par des ONG peut être utile pour remplir différents objectifs :

- Recruter des bénévoles
- Informer et renseigner les internautes
- Mettre en avant les actions réalisées
- Sensibiliser les populations aux causes spécifiques défendues
- Récolter des dons
- Garder le contact avec les internautes via une Newsletter

Les possibilités permises par le 1er réseau social américain sont très vastes, alors pourquoi ne pourriez-vous pas en faire de même pour votre propre association ?

Sur Twitter

Twitter se veut un média beaucoup plus informatif et plus brut dans son approche de transmission de l’information auprès de l’internaute. Celui-ci pourra être utilisé pour informer d’une information concise et développée sur un lien externe, comme dans l’exemple ci-dessous de Reporters sans Frontières :

Dans le cadre de la Croix Rouge, c’est un tout autre usage qui est effectué. Observons cette capture d’écran ci-dessous :

On remarque différents cas :

- Un retweet d’un bénévole de la Croix-Rouge
- La promotion d’un évènement en lien avec le Samu social
- L’apport d’une information sur un sujet d’actualité
- L’activation d’un partenariat pour récolter des dons

Dans le cas, d’Action contre la faim, prenons comme exemple cette capture :

A cette occasion, l’ONG se sert de Twitter comme un outil de promotion de ses contenus présents sur son site mère, ainsi que sur d’autres plateformes telles que Google +. Une manière de maximiser la portée des contenus produits.

Interview

Dans le cadre de cet article, j’ai donc décidé d’interviewer Kevin Clech, Community Manager de la Croix-Rouge française, afin d’avoir son point de vue sur la question.

1) Pouvez-vous présenter la Croix-Rouge en quelques mots ?

La Croix-Rouge est un mouvement humanitaire international présent dans 187 pays. Ses membres partagent les mêmes emblèmes et s’appuient sur sept principes fondateurs communs garantissant la cohérence de leurs actions.

Henry Dunant appelle le 25 mai 1864 de grands noms français à créer la Société de Secours aux Blessés Militaires (SSBM). La France est l’une des premières à signer la première Convention de Genève le 22 août 1864 et à se doter d’une société nationale.

Nous allons donc fêter nos 150 ans d’existence en 2014 ! 

La Croix-Rouge française aujourd’hui, c’est à la fois une association de 52.000 bénévoles engagés sur de nombreux fronts de la lutte contre les précarités et une entreprise à but non lucratif de services dans les champs sanitaire, social, médico-social et de la formation avec 17 000 salariés dans plus de 550 établissements.

2) Quels sont les objectifs de la présence de l’ONG sur les médias sociaux ?

Le but principal est de donner l’envie d’agir et de déclencher l’action et l’engagement dans notre communauté via des mécaniques et outils spécifiques aux réseaux sociaux. Nous avons notamment déplacé l’animation de notre communauté de « WebBénévoles » sur les média sociaux en lieu et place de notre site Internet. 

3) Quels différences d’usages faites-vous entre Facebook, Twitter et Google + ?

Les différences d’utilisations tiennent plus au ton adopté qu’a un usage spécifique des différentes plateformes. Pour le moment, j’avoue bien humblement tâtonner encore sur G+ pour trouver le ton juste, mais c’est un bel outil qui a de l’avenir . J 

4) Pouvez-vous nous parler de votre opération Master Survivors ?

Nous sommes parti d’un constat simple pour cette opération… Durant la période de fin d’année, pour attirer l’attention d’internautes submergés par l’explosion de messages à caractère humanitaire, il nous fallait créer une opération inédite et fortement interpelante.
De la est né « Master Survivors » qui parodie les émissions de la réalité tout en plaçant les gens devant une réalité difficile.

Au delà de l’interpellation nous tenions aussi à sensibiliser le grand public en cette période de crise sur la nécessité du don (même pour une association de notre taille !) pour que les bénévoles et les salariés puissent poursuivre leur actions auprès des plus démunis.

5) Comment les internautes peuvent-ils vous aider dans votre cause ?

Les missions des WebBénévoles : sensibiliser le plus grand nombre aux valeurs humanitaires, motiver l’engagement bénévole et le don. En relayant nos actions en faveur des plus démunis, en relayant nos appels aux dons en cas d’urgence en France et à l’étranger, mais aussi en nous aidant à informer sur les gestes qui sauvent, les « sociaunautes / Webénévoles nous aident à porter nos messages de sensibilisation vers le plus grand nombre.

Nous pensons que cela est vraiment complémentaire de l’actions des bénévoles sur le terrain !

Clément Pellerin – Community Manager Freelance & Formateur réseaux sociaux

  • http://twitter.com/mickael_b Mickael Bentz

    Lien « les professions libérales » cassé, meilleurs voeux au passage Clément