google-plus-business

Comment le Community Manager peut-il intégrer Google Plus à sa stratégie social-média ?

Depuis l’arrivée de Google Plus sur le marché des réseaux sociaux, de nombreuses interrogations se sont portées sur son utilité pour les marques.

Proposé par Google en 2011, le réseau a connu une croissance fulgurante du nombre de ses membres et cela pour diverses raisons :

- Google étant un acteur incontournable du web, le réseau a profité de la visibilité du moteur de recherche
- directement intégré dans la suite d’outils, il est très simple de se créer un compte avec son adresse Gmail
- le réseau a été vu comme un échappatoire à Facebook pour de nombreux internautes.

Le réseau compte aujourd’hui près de 300 millions d’utilisateurs actifs dont 5,3 millions en France.

Dans ce cadre, je vais m’intéresser tout au long de cet article à la manière dont le Community Manager peut intégrer Google Plus dans sa stratégie social-média en tentant de répondre à plusieurs problématiques.

Problématiques du Community Manager

1) Comment le contexte social-média actuel peut-il m’informer sur l’avenir du réseau ?
2) Quelles sont les fonctionnalités majeures du réseau ?
3) Quels sont les usages des internautes sur le réseau ?
4) Google + est-il une ville fantôme ?
5) Quels sont les usages marketing sur le réseau ?
6) Quelle valeur ajoutée supplémentaire puis-je apporter via ce réseau ? (en comparaison avec les autres déjà utilisés)
7) Est-il pertinent d’intégrer Google Plus dans ma stratégie social-média ?

1) Le contexte social-média actuel

La baisse du Reach Facebook

Le réseau social ne dissimule absolument pas la baisse du Reach (nombre d’impressions organiques des publications) auprès des marketers.

Et celui-ci l’explique très simplement : plus il y a de contenus publiés, plus le réseau doit faire un choix dans la constitution du flux d’actualités des internautes.

Alors, les marques sont clairement incitées à mettre en place des campagnes publicitaires pour maximiser la portée de leurs contenus comme nous le lisons ci-dessous :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Au vu de ces changements, faut-il persister à garder tous ses oeufs dans le même panier ?

Intégration de Google + aux commentaires Youtube

Désormais, les commentaires d’une vidéo Youtube publiée sur Google + sont visibles directement sur le moteur de recherche vidéo.

A termes, l’objectif de cette intégration est d’enrayer au maximum l’anonymat des commentateurs pour les amener à plus d’authenticité dans leurs échanges.

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Bien que décriée au début, cette intégration rentrera rapidement dans les moeurs des internautes.

Cette nouveauté va dans le sens d’une complémentarité toujours plus grande des différents services proposés par le moteur de recherche.

Imbrication du réseau dans la suite d’outils Google

Le moteur de recherche a développé depuis ces dernières années tout un ensemble d’outils à destination des particuliers ou des professionnels.

En voici quelques uns ci-dessous :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Cette suite étant particulièrement large, Google donne autant de raisons que d’outils de se créer une adresse Gmail (et donc un compte G+).

La possibilité de contacter un utilisateur G+ par e-mail

Cette nouvelle fonctionnalité n’est pas passée inaperçue.

De nombreux utilisateurs de Google + se sont offusqués de savoir que n’importe qui dans leurs contacts pourraient leur envoyer des courriers sur leur adresse Gmail.

Voici comment cela se présente :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Je trouve la fonctionnalité intéressante dans la mesure où les contacts recevant un e-mail peuvent confirmer/infirmer la réception d’autres courriers de la part de l’émetteur.

Si vous souhaitez désactiver cette fonctionnalité, voici la marche à suivre dans les paramètres :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Un lien très fort entre le moteur de recherche et le réseau social 

Naturellement, les contenus produits/partagés sur le réseau social sont privilégiés sur Google.

Un interconnexion est possible pour les personnes physiques (auteurs) ainsi que pour les marques :

- pour les créateurs de contenus

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- pour les marques

Lorsque votre page G+ Business est correctement liée à votre site, vous pouvez bénéficier d’une mise en avant de vos contenus sociaux dès la première page des résultats de recherche :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Cette fonctionnalité permet aux marques de recruter de nouveaux membres de leur communauté G+ via le moteur de recherche.

2) Usages des internautes

Pour certains, il n’est pas question de se créer un compte sur Google + car ils ne voient pas l’intérêt de se reconstituer le même carnet d’adresses déjà existant sur Facebook.

Pour d’autres, le réseau sera une véritable alternative à Facebook où ils ne se sentent plus à l’aise pour échanger ou consommer de l’information.

S’échapper du monopole social de Facebook

Une des raisons de l’usage du réseau de Google par les internautes réside dans les inconvénients/freins liés à l’utilisation de Facebook.

Quels sont-ils ?

- le manque de confiance dans la gestion des données personnelles

Ce point a longtemps fait polémique chez les utilisateurs de Facebook.

Dans les conditions générales d’utilisation du 1er réseau social américain, ce dernier s’octroie une licence non-exclusive d’utilisation de vos contenus photos/textes/vidéos.

Dans l’absolu, vous pourriez voir votre photo illustrer une publicité Facebook.

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- une publicité omniprésente

Plus le temps passe, plus la publicité devient présente sur Facebook : c’est bien normal, c’est un des seuls leviers de monétisation du réseau.

Las de se sentir agressés, de nombreux utilisateurs sont partis de Facebook pour d’autres horizons (comme G+ par exemple).

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Une préférence dans la gestion/consommation de l’information sur G+

Le réseau n’a pas recruté ses membres uniquement à cause de freins/problèmes présents sur d’autres réseaux.

Google + dispose d’une interface de gestion/consommation des contenus très intéressante via la fonctionnalité des « cercles ».

Voici un exemple de cercle créé par mes soins regroupant un ensemble de contributeurs « social-média » :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

L’importance des communautés

A l’instar des groupes Facebook, les communautés permettent aux usagers de G+ d’échanger sur des domaines précis :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Les hangouts pour échanger de manière conviviale

Le réseau propose un système de visioconférence totalement gratuit permettant de nombreuses fonctionnalités telles que :

- la customisation des profils
- le partage d’écran ou de présentation PPT
- l’hébergement automatique sur la chaîne Youtube du compte une fois la vidéo terminée

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

3) Les fonctionnalités business

Le plateforme de Google n’est pas uniquement réservée aux internautes : les marques ont également une belle carte à jouer auprès d’une masse croissante d’utilisateurs.

Un espace réservé aux marques : la page « Entreprise »

Cet espace ressemble aux pages fans Facebook avec cependant quelques nuances :

- les internautes abonnés sont appelés followers et non fans
- il n’est pas possible d’intégrer des applications sous la forme d’onglets

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- chaque publication peut se voir être catégorisée par l’utilisation d’un hashtag
- les internautes peuvent y effectuer 3 actions distinctes : le +1 / le commentaire / le partage

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Le rôle des communautés de marque

Chaque propriétaire de page G+ peut y intégrer une ou plusieurs communautés :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

L’usage de chaque communauté sera alors défini par le Community Manager :

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Objectif notoriété & démonstration d’expertise via les G+ Hangouts

Comme nous l’avons vu précédemment, G+ offre une plateforme de visioconférence avec de nombreuses fonctionnalités de personnalisation.

Certaines marques ont déjà bien compris l’intérêt de ces évènements on-line pour atteindre divers objectifs marketing :

- le développement de notoriété

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- la démonstration d’expertise

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

4) L’intégration dans une stratégie social-média

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Après avoir bien pris en compte les différentes fonctionnalités à disposition du Community Manager sur le réseau social, il est donc temps de réfléchir à la stratégie éditoriale à produire sur le réseau.

Penser à la diversification de sa ligne éditoriale

L’internaute doit comprendre pourquoi il a intérêt à vous rejoindre sur Google + en plus de vous suivre sur des réseaux tels que Facebook ou Twitter.

Certaines marques ont bien compris cela, et propose une ligne éditoriale aux objectifs distincts comme la Redoute :

- Sur Facebook 

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- Sur Google Plus

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

De l’importance d’oublier le cliché de la ville fantôme

Le principal reproche effectué à l’encontre de Google Plus de la part de nombreux marketers réside dans l’absence totale de présence/engagement des internautes sur la plateforme.

Pour vous démontrer le contraire, je vous propose d’observer des copies d’écran de publications de pages de marques issues de secteurs d’activité différents :

- L’Oréal Paris France / + 96K followers

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- La Redoute / + 56K followers

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- LDLC.com / + 123K followers

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- Sosh / + 6K followers

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

- Le Nouvel Observateur / + 258K followers

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Se préparer à un travail de longue haleine

La construction d’une communauté de marque sur Google + peut prendre plus de temps que sur les autres réseaux sociaux.

Pourquoi ?

Pour deux principales raisons :

- la mécanique de recrutement des membres est presque exclusivement basée sur la viralité des contenus publiés par une marque

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

- il n’est pas possible d’organiser de jeux-concours sur la plateforme (régulièrement utilisés sur Facebook/Twitter pour recruter de nouveaux membres)

Clément Pellerin - Community Manager Freelance & Formation réseaux sociaux

 

Il n’est donc pas possible de « tricher » pour agrandir sa communauté à toute vitesse. D’ailleurs, il ne faut pas voir sa présence social-média sur G+ comme un sprint mais comme un marathon.

La création et l’entretien de lien social avec l’internaute est plus importante ici que sur n’importe quel autre réseau de part ses usages particuliers & marketing.

Opportunités publicitaires

Depuis peu, le réseau permet aux annonceurs de mettre en place des campagnes publicitaires via le Display Google.

Se nommant « +Post », la fonctionnalité permet aux marques de faire la promotion de contenus présents sur une page entreprise par l’intermédiaire de sites externes.

Voici la vidéo de présentation de l’outil :

Conclusion

L’audience est bien présente sur Google +.

L’enjeu est de savoir comment la toucher/cibler par l’intermédiaire de sa stratégie social-média globale.

Selon moi, il ne faut pas avoir d’à priori sur le réseau quant à ses capacités marketing pour les marques : tout dépend de la manière avec laquelle vous utiliserez le réseau.

Nous constatons que des marques font clairement la différence par rapport aux autres par une implication plus précoce et accentuée.

En serez-vous capable ?

Clément Pellerin – Community Manager Freelance / Formation réseaux sociaux

  • Stéphanie Laporte

    Je te lis systématiquement mais ne commente jamais… Cependant cette fois la tentation est trop forte ;)

    Ton post est très documenté et pertinent, bravo (comme à l’habitude). Il manque peut-être du keyword « authorship » mais c’était perdre en clarté.

    Je voulais échanger avec toi car j’ai donné une nouvelle formation G+ la semaine passée (réunion de plusieurs grands groupes et PME autour de la problématique, dont certains sont des pure-players) et à l’usage (tu as dû le constater aussi en formant) = la notion d’author-rank est encore opaque, les pros savent te dire que « c’est important pour le référencement » mais sans trop savoir pourquoi au final.

    Ici la démo des SERP « sociales » par les screens est importante (j’y ai passé quelques heures aussi ^^); après c’est de la sensibilisation au réseau (certains croient avant d’être formés qu’il suffit d’automatiser les posts de la Page de marque, et n’accordent aucune importance à l’aspect communautaire, au potentiel d’engagement, au référencement Local, à la gestion des avis, et surtout aux profils… c’est dommage).

    G+ est intéressant car il donne (entre autres) une vraie valeur aux rédacteurs (les sites US l’ont compris, les rédactions FR plus lentement) et là les entreprises avec lesquelles je dialogue commencent à voir son potentiel et adapter toute leur stratégie.

    Ici, on arrive à la réflexion suivante (position d’un directeur mkg digital) : en complément de ma démarche « corporate » sur la Page, ma marque a une stratégie de veille, production de contenu et valorisation d’expertise de mes contributeurs. Je sélectionne qui sera rattaché (en son nom, avec son profil) à la marque, quels comptes on va « booster » en dégageant du temps (de formation puis de travail) aux collaborateurs pour finalement acquérir un bon authorank (même si le « score » est théorique).

    Au-delà de ça, mes discussions avec les marques m’ont amenée à de la « projection » sur le long terme, et certaines vont même envisager de recruter en partie en fonction de la qualité de l’authorank des postulants, et mettre tout en oeuvre pour garder leur authorship au sein de la « maison » (puisque l’apport de trafic est rapidement conséquent).

    Beaucoup de questions se posent ; quid de la paternité des contenus traduits en plusieurs langues si le marché est international, veut-il mieux se concentrer sur UN profil dont on fera « monter » l’author rank (en dépit du risque associé) ou « diluer » l’effort (temps limité) en sécurisant plusieurs comptes à l’author rank plus faible mais « propre » et plus réaliste (un seul rédacteur ne peut pas revendiquer 20 articles écrits par jour)… quid de la « personnification » de la marque par le CEO et une stratégie éventuelle pour faire grimper son autorité perso via un CM comme cela se fait sur Twitter…

    Il se passe des trucs avec Google+, et je trouve que ce qu’on vit actuellement est encore plus palpitant que l’essor de FB, car on est obligés de construire des choses intelligentes et de penser sur le long terme.

    • Clément Pellerin

      Hello Stéphanie,

      Merci pour ce long commentaire et pour ton intérêt envers mes articles. :)

      La question de l’authorship/authorank est très intéressante en effet.

      Qui va t’on positionner en tant qu’auteur d’un site/blog de marque ?
      Est-ce le CM ou le CEO que l’on doit placer en auteur ?

      Selon moi, deux solutions s’offrent à nous :
      - soit créer un compte spécial pour les contributeurs type « Team Editoriale X » (ce qui serait contraire aux usages)
      - soit de ne mettre personne.

      Cela me gêne d’associer un compte de CM ou de patron à un site.

      L’authorship véhicule une notion de propriété, ce qui peut paraître déroutant pour l’internaute lambda, exemple : que dirait t’on si nous voyions le compte G+ du PDG de Total lié au site de l’entreprise ?

      Mais plusieurs pistes sont certainement à étudier dans ce domaine ;)
      Je ne détiens pas la vérité, bien au contraire.

      La fonctionnalité me semble pertinente pour un blog où une seule personne contribue (ou avec quelques autres personnes dans une moindre mesure).

      Au plaisir d’échanger sur ce sujet avec toi.

  • Boxsons

    Mon cher Clément,

    Votre billet est une nouvelle fois brillant, accessible et riche en contenus. Bravo !

    J’aurais quand bien aimé causer de la recommandation (page, amis) que je trouve peu pertinente chez G+. A l’image d’un Viadeo contre un Linkedin. On ne peut pourtant pas dire que Google est mal placé dans la collecte des données. Mais vous me répondrez que les outils sont bien en place pour agrémenter son réseau (via Gmail, son parcours scolaire, ses entreprises, ses loisirs …) et que par nature, un réseau se construit aussi autour des interactions de ses membres. Encore un problème d’oeuf et de poules.

    J’aurais aimé vous dire que l’éducation aux réseaux sociaux promise et inventée par Facebook empêche certains de savoir se construire un cercle à partir … de presque rien. La « ville fantôme » est aussi née ici. Mais vous me direz que ce n’est pas le propos. Et pourtant Mark sait combien l’apprentissage et le temps joueraient contre lui.

    J’aurais aimé vous parler de l’importance de l’image et du GIF offerte par G+. Véritable pilier de toute bonne stratégie. Mais vous me direz que Google + exagère parfois avec ses formats multi HD que tout le monde ne peut maîtriser. Vous auriez raison.

    J’aurais par contre apprécié que vous m’expliquiez en détail pourquoi Google + est indispensable pour un bon référencement. Car si j’abonde évidemment dans ce sens, que je le comprends, j’en sais foutrement rien techniquement. Mais vous me direz que vous n’avez pas le temps. Et vous auriez bien raison !

    • Gilles Wittezaële

      Google, dans les résultats de recherche, mets en avant les contenus « pertinents » et la pertinence d’un résultat est augmentée s’il a été publié sur G+…

    • Clément Pellerin

      Hello Alexis,

      Merci pour ton intérêt et ce commentaire.

      En ce qui concerne le SEO, je préfère laisser les experts du référencement parler plutôt que de donner mon avis ici.

      Le système de recommandation est ce qu’il est, mais la possibilité de retrouver ses contacts Gmail est plutôt une chose positive selon moi.

      Tout le monde est parti de 0 (ou presque) lorsque les pages fans sont arrivées sur Facebook.
      Désormais, les entreprises s’étant implantées sur FB peuvent égaler développer leur communauté sur d’autres espaces (dont G+).

      Je ne pense pas que cela soit si difficile dans ce cas.

      Au plaisir d’échanger avec toi sur ce sujet.

    • http://www.webrankinfo.com/ Olivier Duffez (WebRankInfo)

      Bonjour Alexis,

      Pour compléter ce très bon article de Clément (j’ai particulièrement apprécié le travail d’illustration par des exemples) et pour répondre à cette question précise sur le lien de Google+ avec le référencement naturel (ma spécialité), je vous invite à consulter mon dossier http://www.webrankinfo.com/dossiers/google-plus/impact-referencement-naturel où j’explique que ce sont surtout les partages qui peuvent aider le référencement naturel de votre site. Il y a d’autres aspects comme la notion de repérage des auteurs (Google Authorship).

      Il ne faut surtout pas oublier qu’il y a eu un gros changement mi-décembre sur google.fr : la (très forte) personnalisation sociale des résultats naturels pour ceux qui sont connectés à leur compte Google (Google+) quand ils font des recherches. En gros, tous vos followers vous verront beaucoup plus en page 1 de Google. Je l’explique en détails sur http://www.webrankinfo.com/dossiers/google-plus/booster-visibilite-serp

      Pour finir, j’ai justement écrit hier moi aussi un article qui explique aux entreprises qu’il est temps de s’intéresser à Google+ : http://www.webrankinfo.com/dossiers/google-plus/bonnes-raisons

      Encore bravo Clément pour cet article que je vais partager sur mes comptes.

  • Sophia

    Très bon article ! J’ai une question ! j’espère que vous pourrez m’aiguiller la dessus car google + reste encore assez flou pour moi. Surtout concernant la nuance entre profil et page. Pour le référencement google plus, ils prennent en compte la page ou le profil?