Comment les marques détectent-elles la présence de leurs cibles sur un réseau social ?

Comment les marques détectent-elles la présence de leurs cibles sur un réseau social ?

Comment être sûr de choisir le ou les bons réseaux sociaux lorsque l’on établit sa stratégie social-média de marque ?

Cette question est cruciale pour chaque Community Manager / Responsable marketing avant d’engager les premières actions de communication.

Alors, afin d’effectuer ce choix, il sera important de vérifier si le coeur de cible de l’entreprise est bien présent sur les réseaux sociaux de votre « short-list ».

Le plus souvent, il s’agira de plateformes telles que Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Instagram et autres plateformes connues.

Cependant, des réseaux plus spécialisés peuvent également être pertinents dans certains cas.

Cap sur les méthodes à disposition du professionnel des réseaux sociaux pour prendre les bonnes décisions en ce qui concerne son déploiement social-média.

 

1) Une étude approfondie de la concurrence

Dans un premier temps, il pourra être intéressant d’aller jeter un œil sur ce que fait la concurrence afin de savoir dans quelle mesure vous pourriez vous aussi développer une communauté engagée et d’une taille certaine.

La découverte de marques rencontrant le succès sur tel ou tel réseau social peut vouloir dire que vous pouvez également réussir à attirer des internautes ayant les mêmes intérêts.

En revanche, si la présence social-média de vos concurrents n’est pas très bonne sur un réseau social en particulier, cela ne veut pas dire obligatoirement que votre cible n’y est pas, mais peut-être que ces derniers n’ont pas mis en place les bonnes actions pour y séduire de manière pertinente leurs internautes.

 

Exemple LDLC.com : une présence active & pertinente sur G+

Sur un réseau social composé en partie d’internautes « early adopters », nous retrouverons de nombreuses personnes issues du High-Tech / développement informatique / Social-média.

Il est donc tout naturel pour LDLC.com d’avoir entamé une présence sur Google+.

 

LDLC

 

L’e-commerce de matériel informatique rencontre un franc succès sur le réseau social de Google, et plusieurs indicateurs permettent d’affirmer cela :

- le nombre d’abonnés à la page « Entreprise » : + de 85K

 

Nombre d'abonnés LDLC

 

- les interactions nombreuses et qualitatives sur les publications

 

Publication LDLC

 

Au-delà de ce fort engagement sur les contenus, nous observons la présence de communautés créées par LDLC.com visant à atteindre divers objectifs marketing.

 

Communautés LDLC

 

L’une d’entre elles nommée « Entraide High-Tech » vise à donner la possibilité aux internautes d’obtenir une solution à un ou plusieurs de leurs problèmes rencontrés dans le domaine informatique.

Voici quelques exemples de publications présentes au sein de la communauté :

 

Publication communauté LDLC 2

Publication communauté LDLC 1

 

2) L’exploitation des données publicitaires

Cette deuxième méthode vise à obtenir un maximum d’informations sur la typologie des internautes présents sur un réseau social via le module publicitaire fourni.

 

Exemple LinkedIn : le choix des critères de ciblage

Dans une communication en B2B, il est peut-être intéressant dans certains cas d’aller prendre connaissance du réel potentiel de LinkedIn via la mise en place de campagnes publicitaires.

Vous aurez la possibilité de cibler les internautes présents sur le réseau social par :

- lieu (continent, pays, région)
- nom d’entreprise
- secteur d’activité de l’entreprise
- service au sein de l’entreprise (achats, comptabilité, finance, etc…)
- poste au sein de l’entreprise (manager, stagiaire, cadre supérieur, etc…)

Sur la capture d’écran ci-dessous, j’ai volontairement défini des critères publicitaires très pointus afin de vous montrer à quel point le module peut être précis.

 

Critère de ciblage publicitaire LinkedIn

 

Par l’analyse des différentes estimations fournies par le réseau social professionnel, vous serez donc en mesure de connaître la pertinence du déploiement d’une présence social-média, et cela en fonction de votre problématique initiale.

Le module publicitaire n’est pas seulement utilisé pour générer du business : un usage « Marque Employeur » visant à recruter des personnes sorties d’écoles définies est également possible, comme nous le voyons ci-dessous :

 

Ciblage par école Linkedin

 

Cette méthode sera également pertinente sur des réseaux tels que Facebook ou Twitter.

 

3) L’analyse de la popularité des contenus

Afin de prendre la température sur l’attente en matière de conseils / contenus experts sur une thématique donnée, il est important d’aller observer la popularité de ceux déjà existants.

Cette attente peut se matérialiser par des indicateurs de partage / lecture élevés tels que :

- le nombre de partages Facebook
- le nombre de tweets
- le nombre de +1
- le nombre de repins
- le nombre de vues Youtube
- etc…

Prenons l’exemple de la vidéo réalisée par EnjoyPhoenix portant sur une technique de coiffure bien particulière : le chignon donut.

 

EnjoyPhoenix

 

Cette vidéo, vue près de deux millions de fois, révèle un réel intérêt/besoin des internautes vis-à-vis des techniques de beauté/mode.

Le support vidéo dans ce cas est donc fortement recommandé pour que les explications soient les plus visuelles/concrètes possibles.

Des marques telles qu’Yves Rocher France ont bien compris l’importance de ce type de contenu en proposant une playlist dédiée à des conseils de maquillage/beauté.

 

Playlist Yves Rocher

 

 4) L’analyse des conversations des internautes

Les internautes sont-ils loquaces sur les réseaux sociaux à propos des produits/services que vous proposez ?

Si tel est le cas, vous pourriez alors raisonnablement penser qu’une présence social-média pourrait être pertinente pour vous.

Par exemple, intéressons nous aux conversations des utilisateurs français de Twitter sur le vin.

En voici quelques captures d’écran :

 

Vin sur Twitter - Exemple 1

 

Vin sur Twitter - Exemple 2

 

L’ensemble de ces différents messages produits par les internautes peuvent constituer une bonne raison pour votre société (si celle-ci vend du vin) de rentrer en contact avec eux.

Elle pourrait alors leur apporter :

- des conseils pour un choix de domaine/cépage
- des suggestions d’accompagnement
- etc…

La chaîne de magasin Nicolas a bien compris l’importance d’avoir une présence sur Twitter afin de pouvoir répondre aux interrogations d’amateurs de vins ou de débutants.

Cela se fera alors via un compte dédié nommé @DismoiNicolas :

 

Réponse à un tweet - Dis Moi Nicolas

 

Clément Pellerin – Formateur & consultant social-média