Chaines de television

Recevez chaque lundi la newsletter du Community Manager

  • Les dernières fonctionnalités des réseaux sociaux
  • Les outils indispensables du Community Manager
  • Des conseils stratégiques & opérationnels pour le Community Manager
 

Afin de comprendre les problématiques rencontrées par les entrepreneurs sur les réseaux sociaux, j’ai décidé de consacrer une rubrique complète au décryptage de ces nouveaux outils par secteur d’activité.

Vous pouvez retrouver les 41 premiers épisodes de cette série ici :

Episode 1 : l’hôtellerie
Episode 2 : l’e-commerce
Episode 3 : les professions libérales
Episode 4 : les organisations non gouvernementales
Episode 5 : les agences immobilières
Episode 6 : les bars et restaurants
Episode 7 : les instituts de beautés et spas
Episode 8 : les parfumeries
Episode 9 : les fleuristes
Episode 10 : les coiffeurs
Episode 11 : les librairies indépendantes
Episode 12 : les opticiens
Episode 13 : les universités et écoles supérieures
Episode 14 : les agences de voyages
Episode 15 : les avocats
Episode 16 : les gestionnaires de patrimoine
Episode 17 : les éditeurs
Episode 18 : les sites e-commerce de vins & spiritueux
Episode 19 : les marques de cosmétiques
Episode 20 : les marques de prêt-à-porter
Episode 21 : les sociétés de VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur)
Episode 22 : les pharmacies
Episode 23 : les experts-comptables
Episode 24 : les architectes
Episode 25 : les jardineries
Episode 26 : les bijouteries
Episode 27 : la grande distribution
Episode 28 : les marques de luxe
Episode 29 : les commissaires-priseurs
Episode 30 : le secteur industriel
Episode 31 : les musées
Episode 32 : les bibliothèques
Episode 33 : les agriculteurs
Episode 34 : les assurances & mutuelles
Episode 35 : les offices de tourisme
Episode 36 : les banques
Episode 37 : les collectivités territoriales
Episode 38 : les chanteurs et musiciens
Episode 39 : les constructeurs automobiles
Episode 40 : les startups social-média
Episode 41 : les fast-food

 

Cette fois-ci, je vais m’intéresser de plus près à la communication social-média des chaînes de télévision.

 

Problématiques du secteur

A l’instar des grandes entreprises (inter)nationales, les chaînes de télévision ont bien compris l’importance pour elle d’avoir une présence active sur les réseaux sociaux afin de toucher une partie relativement importante de la population.

Communiquer sur leurs programmes, impliquer leurs téléspectateurs et rechercher à fidéliser leur audience : les plus grands médias ne souhaitent pas passer à côté des bénéfices d’une bonne utilisation social-média.

Ces derniers partent avec un atout de taille : ils produisent déjà la matière première qui viendra alimenter leurs espaces sociaux.

L’enjeu sera alors d’adapter l’existant afin de prolonger la conversation sur des espaces où les internautes peuvent s’exprimer librement.

Cette présence sera souvent déclinée en plusieurs canaux : chaîne nationale (régionales dans certains cas) avec des espaces dédiés pour les émissions les plus populaires.

Nous verrons tout au long de cet article les différents objectifs social-média que les chaînes suivantes cherchent à atteindre :

– TF1
– France 2
– France 3
– Canal+
– M6
– D8 / D17
– I>Télé
– BFMTV
– RTS
– Arte

Nous retrouverons également les interviews de spécialistes de la Social-TV à savoir :

 

Philippe Khattou

 

DL

 

1) Raconter l’histoire de la chaîne

Dans cette première partie, nous verrons que les chaînes de télévision se serviront de leurs espaces sociaux pour communiquer sur différents points à savoir :

– les programmes à venir
– les coulisses des émissions organisées
– l’histoire de la chaîne
– etc…

 

Exemple TF1 : le teasing sur Twitter pour « Une Famille Formidable »

Par l’intermédiaire d’un compte Twitter dédié à la promotion de la série « Une Famille Formidable », le compte @TF1 retweete une vidéo « teasing » dans laquelle nous pourrons observer seules quelques minutes du prochain épisode.

Une méthode intéressante pour mettre en haleine les internautes fans :

 

TF1 - 5

 

Exemple M6 : annonce de la soirée « Rising Star »

Sur sa page Facebook, la chaîne rappelle à ses internautes que l’émission du moment « Rising Star » est diffusée le soir même à 20h50 par la publication d’une vidéo explicitant brièvement ce qu’il s’est passé lors de la dernière session.

 

Rising Star M6

 

Exemple Canal+ : les moments forts du Grand Journal

Dans cet exemple, la chaîne cryptée nous propose de revivre les moments lors desquels le groupe U2 était présent au Grand Journal, et cela par l’intermédiaire d’un album photo hébergé sur Facebook.

 

Canal-Plus

 

Exemple I>Télé : le compte Twitter dédié à une émission

Dans ce cas, la chaîne d’information donne la possibilité aux internautes de ne recevoir uniquement des contenus liés au football ainsi qu’à ses émissions #13hfoot et #20hfoot.

A cette occasion, les consultants / journalistes seront mis en avant et donneront leurs opinions sur les rencontres phares.

Ce compte fut propulsé lors de la dernière Coupe du Monde au Brésil.

 

Itele-Foot

 

Ce canal de communication dédié pour une émission se retrouvera également sur d’autres chaînes, et cela pour :

– des émissions de télé-réalité
– des séries télévisées
– des journaux télévisés
– etc…

 

Exemple TF1 : le cas « Danse avec les Stars »

La manière de communiquer autour de l’émission « Danse avec les Stars » est très intéressante.

Au-delà de rappeler régulièrement sur ses réseaux sociaux les horaires de diffusion de l’émission, une opération spéciale de couverture de l’évènement est mise en place et nous pouvons constater cela à l’aide de plusieurs indicateurs distincts.

 

1) Les coulisses de l’émission sur Instagram

Nous retrouvons ici de nombreux contenus photos où nous pourrons observer les coulisses des différents entraînements des stars, ainsi que leurs moments de détente et de sympathie à l’égard des abonnés du compte.

 

TF1 Instagram

 

2) L’activation des réseaux sociaux des participants & jurys

La chaîne n’est pas la seule à communiquer sur l’évènement télévisuel : les participants et jurys sont eux aussi très actifs sur les réseaux sociaux (notamment Twitter) où ces derniers partageront des contenus tels que :

– des rappels de programmation d’émission
– des partages de moments vécus
– des messages de soutien envers les participants

 

TF1 - 6

TF1 -14

TF1 - 13

 

Nous verrons dans la seconde partie de cet article comment les internautes sont impliqués tout au long de l’émission.

 

Exemple France 3 : l’anniversaire d’une animatrice

Dans ce cas, la chaîne souhaite un bon anniversaire à Nathalie Simon, célèbre pour ses interventions lors des différents « Intervilles » notamment.

Une belle manière de favoriser la sympathie des internautes à l’égard de l’animatrice et de la chaîne en général.

 

France3 - 1

 

Exemple I>Télé : le Tumblr humoristique

Dans une recherche de conversation et d’engagement avec ses différentes communautés, la chaîne alimente régulièrement un Tumblr où celle-ci met en avant les réactions cocasses des internautes sur ses publications.

En voici quelques unes ci-dessous :

Itele - Tumblr 2

 

Itele - Tumblr

Pour clôturer cette première partie, je vous propose de prendre connaissance de l’interview de Philippe Khattou, rédacteur en chef de French-SocialTV.com.

 

Philippe Khattou

 

1) Pouvez vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis rédacteur en chef de French-SocialTV.com et comme son nom l’indique, j’analyse les principaux événements qui marquent l’écosystème de TV et digital en France et à l’étranger.

 

2) Quelle est la valeur ajoutée des médias sociaux pour une chaîne de télévision ?

La valeur ajoutée est très variable et dépend du programme en question, mais en général, les chaînes peuvent retirer plusieurs avantages :

promouvoir un programme, rappeler sa diffusion imminente et donc créer des conversations : c’est l’objectif le plus classique mais il peut être effectué de manière très ciblée en notifiant des twittos actifs lors de la précédente émission.

fidéliser et rencontrer un public : l’émission « Touche Pas à Mon Poste » est un exemple en la matière car elle a réussi à créer un premier cercle de public fidèle. Des équipes se sont formées pour soutenir l’animateur et l’émission (#TeamHanouna, #TeamTPMP …). Ces communautés suivent même l’animateur dans ses autres émissions TV et radio.

élargir à de nouveaux publics : les hashtags très actifs motivent parfois les twittos à allumer leur télévision. Dans mon cas, cela m’arrive souvent mais les exemples de Tokyo Reverse (émission en «Slow tv» sur Arte) et la série Real Humans ont été les plus marquants.

conserver l’audience : le téléspectateur est de plus en plus « multitâche ». Il vérifie ses e-mails, envoie des SMS devant sa TV … et le principal perdant est le programme TV car l’attention du téléspectateur est moins grande.

enrichir le programme TV : en direct, il est parfois impossible de donner des détails sur une recette de cuisine, des informations sur un acteur, ou de vérifier les statistiques annoncées par un politique (fact-checking). Assurer un livetweet, ou proposer un dispositif de second écran peut permettre d’apporter du contenu supplémentaire au direct.

proposer un nouveau support publicitaire : en invitant les téléspectateurs à réagir sur les Twitter par exemple, les chaînes peuvent segmenter leurs campagnes publicitaires. Elles peuvent publier sur leur compte Twitter l’extrait vidéo d’une émission en cours et faire sponsoriser cette publication par un annonceur. C’est le principe du programme Connect Amplify.

 

3) Comment certaines émissions impliquent-elles leurs téléspectateurs ?

En général, les chaînes et producteurs de contenu passent par 3 temps pour animer les communautés autour d’un programme TV :

– l’avant diffusion
– le pendant
– l’après diffusion

En me focalisant sur la France, j’ai représenté cet enchaînement dans l’infographie suivante.

 

4) Dans ce milieu très jeune, quels sont les modèles à suivre ?

L’animation autour de « The Voice » et « Danse Avec Les Stars » est toujours aussi impressionnante. TF1 s’appuie pour cela sur une véritable Social Team.

Composée de personnes issues de la direction de la communication et des équipes d’eTF1, elle a pour objectif de proposer des dispositifs digitaux innovants et d’enrichir les conversations autour des programmes.

Au niveau des séries, je vais retenir un exemple français, celui de « Plus Belle la Vie » qui vient de fêter ses 10 ans.

La série s’est créée une place importante, tant à la TV que sur le digital avec une forte communauté, une application et des opérations spécifiques pour accompagner la série (l’exemple de l’ARG).

Au niveau du sport, la Canal Football App est un bon exemple de second écran. Elle propose des infos et des statistiques pointues.

Mais l’animation proposée par France Tv Sport à l’occasion de Roland Garros et du Tour de France était très intéressante.

Un site web compagnon, des jeux, de l’humour dans l’animation, de l’expertise … le dispositif était large et les résultats étaient satisfaisants.

5) Chaque émission doit-elle avoir sa présence social-média ?

Le célèbre Simon Cowell, membre du jury dans The Voice aux Etats-unis entre autres, disait lors du dernier Mipcom : « on ne peut plus concevoir un programme TV sans penser sa dimension sociale » (source Stratégie n°1785 16/10/2014).

Cette déclaration est très symbolique du virage actuel.

Certains programmes sont malgré tout difficilement « socialisables ».

Certains exemples y arrivent en créant un épisode spécifique comme l’émission « J’irai dormir chez vous » sur France 5.

Le public était invité à voter en live et à décider du chemin emprunté par le présentateur.

D’autres programmes en revanche ne peuvent pas avoir de volet social média pour la simple et bonne raison que le digital n’est pas entré dans les habitudes des téléspectateurs cibles.

C’est le cas de l’émission « Vivement Dimanche » présentée par Michel Drucker. Elle n’a pas besoin de page Facebook ou de compte Twitter. Son public est fidèle et ne supporterait probablement pas l’intégration d’un quelconque dispositif digital.

A l’inverse, on n’imagine pas l’émission « Touche Pas à Mon Poste » de Cyril Hanouna sans une présence en ligne active.

Avec un public jeune et très connecté, l’émission de D8 est devenue en quelques temps une référence sur le digital.

 

6) Votre point de vue sur les évolutions futures de la Social TV pour 2015 ?

Difficile à dire à ce stade de l’évolution du secteur, mais je pense que l’on devrait voir s’intensifier les points suivants :

– des annonceurs de plus en plus présents dans les dispositifs digitaux
– la synchronisation des campagnes TV avec le second écran
– l’intégration plus importante de la gamification dans les dispositifs
– l’utilisation du Transmédia dans des programmes plus mainstream.

 

2) Impliquer et engager le téléspectateur

Mais la communication social-média des chaînes de télévision ne s’effectue pas que dans un seul sens : les internautes sont régulièrement mis à contribution lors de leur navigation en ligne, et cela par l’intermédiaire de mécaniques que nous verrons tout au long de cette deuxième partie.

 

Exemple France 2 : la présence d’une charte de modération

Afin d’encadrer les échanges des internautes présents sur la page Facebook, la chaîne a publié une charte de modération visant à expliciter les règles de bienséance à respecter lors d’une prise de parole.

Voici à quoi celle-ci ressemble :

 

Charte de modération France 2

 

Exemple TF1 : l’annonce du film diffusé le soir avec jeu-concours

Dans cet exemple, nous voyons que la chaîne informe ses fans de la diffusion de l’un des épisodes de la saga « Harry Potter » le soir de la publication, en rappelant l’existence d’un jeu-concours où les mordus de cet univers pourront remporter des récompenses spéciales.

 

TF1 - 2

 

Exemple M6 : l’application « Stop The Scandal »

Afin de promouvoir une des séries étant diffusée, la chaîne propose une application visant à impliquer l’internaute en ligne et de l’inciter à participer à un jeu de pistes lié à l’esprit du contenu télévisuel.

 

Application Facebook M6

 

Exemple France 2 : les applications « Contacter un présentateur du JT »

Directement présentes sur la page Facebook du JT de 20 heures, ces applications permettent aux internautes de pouvoir entrer en contact avec :

– David Pujadas
– Laurent Delahousse
– Julian Bugier

 

Animateurs France 2

 

Voici à quoi celles-ci ressemblent :

 

David Pujadas

 

Exemple TF1 : la recherche d’implication permanente de l’internaute pendant #DALS

Afin de maintenir impliqué l’internaute lors d’un épisode de « Danse avec les Stars », plusieurs mécaniques seront mises en place par TF1 :

 

1) Le hashtag dédié à l’évènement #DALS

La création de ce mot-clé est capital pour uniformiser et regrouper toutes les conversations liées à l’émission.

 

TF1 - 10

 

DALS

 

2) L’incitation au vote par SMS depuis Twitter

Comme nous le voyons ci-dessous, l’internaute dispose d’un réel impact sur l’évolution de l’émission en ayant la possibilité de voter pour son / ses favori(s).

 

TF1 - 11

 

3) L’incitation au Retweet par le jury

Dans ce cas, nous observons un exemple de tweet dans lequel Jean-Marc Généreux incite ses abonnés à retweeter son message pour signifier le fait que ceux-ci se trouvent actuellement devant l’émission.

Une méthode qui semble bien fonctionner au vu du nombre de partages tels que ci-dessous :

 

TF1 - 12

 

4) Le mini-quizz Facebook

En reprenant les contenus d’un utilisateur de Twitter connu pour ses divers montages photos visant à « croiser » deux visages de personnalités, la chaîne souhaite faire participer ses internautes fans sur des créations liées aux participants de #DALS.

En voici quelques exemples :

 

TF1 - 3

 

Exemple Arte : le quizz promotionnel

Dans le cadre de la promotion de l’une de ses séries nommée « Ainsi soient ils », Arte propose un quizz aux internautes leur donnant 5 minutes pour répondre aux différentes questions posées.

 

Arte 2

 

Voici ce à quoi ressemble l’espace pour participer à l’évènement :

 

Arte 1

 

Exemple TF1 : l’inscription au casting de MasterChef depuis Facebook

Afin de recruter les participants de la cinquième saison de l’émission, MasterChef propose aux internautes de s’inscrire à un casting par l’intermédiaire de publications Facebook, comme nous pouvons en voir un exemple ci-dessous :

 

Masterchef 1

 

Exemple M6 : la publication « vote » sur la page Rising Star

Afin d’engager ses internautes, la page de l’émission « Rising Star » demande quelle est la chanteuse devant poursuivre l’aventure selon eux par l’intermédiaire d’une publication Facebook.

Nous observons alors ici le message de remerciement adressé par Anouchka auprès de ses supporters.

 

Rising Star 2

 

Exemple RTS : le jeu-concours Montreux Comedy Contest 14

Dans ce cas, la chaîne de télévision suisse propose à ses fans de participer à un jeu-concours visant à permettre à leur(s) humoriste(s) préféré(s) d’accéder aux phases finales d’un concours « Montreux Comedy ».

 

RTS 1

 

Voici comment le module de vote se présente alors pour les internautes fans de la page :

 

RTS 2

 

Pour clôturer cette seconde partie, je vous invite à consulter l’interview de David Labouré, responsable des relations en ligne à la RTS.

 

DL

 

1) Pouvez vous vous présenter en quelques mots ?

Responsable des relations en ligne (communication digitale et médias sociaux) à la RTS (Radio Télévision Suisse), co-directeur de la formation SAWI « Spécialiste en médias sociaux » et membre du comité de la « Swiss Community Manager Association » (SCMA), je suis passionné par le web 2.0 et les nouvelles technologies.

Dans le cadre de mes activités à la RTS, je suis amené à travailler régulièrement sur des projets Social TV.

 

2) Quelle est la valeur ajoutée des médias sociaux pour une chaîne de télévision ?

Pour une chaîne publique comme la RTS, les médias sociaux sont importants pour renouveler notre public en allant le chercher là où il se trouve, développer le dialogue et l’interaction avec celui-ci, ainsi que faire évoluer et enrichir nos programmes en proposant de nouvelles expériences interactives et participatives.

 

3) Comment certaines émissions impliquent-elles leurs téléspectateurs ?

Lors de certaines retransmissions sportives, il est proposé d’interagir avec les commentateurs via Twitter autour d’un hashtag.

D’autres émissions de divertissement affichent des tweets à l’antenne ou mentionnent des réactions (Facebook/Twitter) et répondent en direct aux questions.

Notre émission politique « Infrarouge » demande également aux téléspectateurs de réagir sur Twitter et Facebook et plusieurs « points réseaux sociaux » sont proposés lors des directs.

 

4) Dans ce milieu très jeune, quels sont les modèles à suivre ?

Nous essayons de nous inspirer de ce qui se fait ailleurs: France, Belgique, UK, US, … mais essayons également d’apporter notre touche car nous trouvons que les propositions ne sont pas toujours abouties et que l’on peut faire plus et mieux (rire).

 

5) Chaque émission doit-elle avoir sa présence social-média ?

Non, cela n’est pas pertinent.

Après, nous répondons et évaluons chaque besoin ou idée interne.

De plus, nous écoutons le public sur les réseaux sociaux afin de détecter un éventuel potentiel en lien avec une émission que nous n’aurions pas encore identifié.

Notre marché Suisse Romand est petit, ça ne sert donc à rien de démultiplier les présences si le projet n’est pas bien réfléchi.

Après, certaines émissions peuvent facilement mettre en place un hashtag et communiquer sur celui-ci sans avoir besoin de créer de nouvelle présence mais en s’appuyant sur celles de la chaîne.

 

6) Votre point de vue sur les évolutions futures de la Social TV pour 2015 ?

Difficile à dire.

Certainement une évolution intéressante au niveau des émissions politiques afin d’intégrer de plus en plus les téléspectateurs aux débats et développer le factchecking en direct.

Pour le sport et le divertissement, j’aime l’idée de proposer de nouvelles expériences en allant assez loin dans leur développement et ne pas s’arrêter au simple retour de tweets à l’antenne, votes en direct, etc.

A la RTS, nous sommes assez fiers de ce que nous avions pu proposer autour de The Voice of Switzerland en « web only » en proposant une plateforme premier et second écran, les deux en un, encore accessible sur thevoice.rts.ch.

Egalement autour du match de foot Suisse-France lors de la Coupe du Monde au Brésil, lors duquel nous avions créé un événement influenceurs suisses et français qui mixait live-tweet second degré, second écran, réel, virtuel, … à retrouver ici ou ici.

La co-création devrait également se développer comme on a pu le voir avec « What Ze Teuf » sur D8 et dès maintenant sur France 4 avec Anarchy.

 

3) Fidéliser par l’apport de valeur

Dans cette troisième partie, nous verrons comment les chaînes de télévision cherchent à donner une ou plusieurs raisons aux internautes de suivre leurs espaces sociaux par l’apport de :

– contenus exclusifs
– replays
– contenus liés à l’actualité

 

Exemple « Touche Pas à Mon Poste » : la vidéo dédiée aux fans

Sur la page Facebook de l’émission, le célèbre présentateur Cyril Hanouna annonce dans une vidéo exclusive pourquoi il est important de ne pas rater la nouvelle formule de « Touche Pas à Mon Poste », avec l’arrivée de nouveaux chroniqueurs et de surprises en tous genres.

 

TPMP 1

 

Les internautes fans peuvent alors se sentir valorisés par cette petite attention.

 

Exemple i>Télé : l’actualité en continu via les réseaux sociaux et le site

Dans le prolongement de son activité d’information télévisuelle, la chaîne proposera par l’intermédiaire de ses réseaux sociaux les différents faits d’actualité faisant l’objet d’un reportage vidéo.

En voici un exemple ci-dessous :

 

Itele - 1

 

L’internaute est ensuite redirigé vers un espace où celui-ci pourra consommer le contenu vidéo diffusé sur la chaîne :

 

Itele - 2

 

Toujours dans un souci d’information, la chaîne proposera régulièrement des livetweets visant à retranscrire différentes interviews de personnalités, et cela comme nous pouvons en voir un exemple ci-dessous :

 

Itele - 3

 

La démarche d’information ne s’arrêtera pas à un simple push de contenus : une écoute des fans / followers est bien visible, par l’analyse de conversations telles que nous pouvons en voir un exemple sur la capture d’écran ci-dessous :

 

Itele - 4

 

Exemple 20 Heures France 2 : la mise en avant du « replay »

Dans ce cas, nous observons que la chaîne propose une rediffusion d’un reportage passé lors d’un journal télévisé portant sur l’Australie.

L’internaute fan recevra donc en permanence les contenus de cette émission par l’intermédiaire de ses réseaux sociaux, et même si celui-ci n’a pas pu en prendre connaissance lors de son passage live sur la chaîne.

Le replay est donc ici mis en avant.

 

20H France 2

 

Clément Pellerin – Formateur et consultant social-média – Formation réseaux sociaux

Formation Community Manager : 2 jours et 3 participants maximum

Je veux en savoir plus


L'accélérateur social-média : une formation individuelle d'une journée

Je veux en savoir plus
Written by Clément Pellerin
  • http://rts.ch David Labouré

    Merci Clément pour cet article.
    J’ai omis de parler du journal télévisé suisse, le 19h30, notre 20h à nous. Celui-ci dispose de son hashtag #19h30 et son présentateur phare se trouve être l’un des plus actif suisse romand sur Facebook et Twitter: Darius Rochebin. Une plateforme est dédiée au hashtag afin de permettre à tout un chacun d’en découvrir les contenus partagés: 19h30.rts.ch.

  • Matthieu Kieny

    Bonjour,
    Un très bon article, comme toujours 🙂
    Est-ce qu’on peut espérer un article sur le B2B dans le domaine de l’IT ?

    • Clément Pellerin

      Hello Matthieu 🙂
      Je le note dans ma liste.
      As tu des exemples de sociétés en particulier ?

      • Matthieu Kieny

        Hello 🙂
        Je pense à Oracle, IBM, Microsoft, Dell ou encore Salesforce.
        Je ne sais pas si ce sont les meilleurs exemples mais ce sont des pistes.

  • Mélanie

    Bonjour,
    merci pour cet article très intéressant, je suis actuellement en stage et travaille sur autour du lancement d’une émission, je travaille essentiellement sur la stratégie digitale et l’importance des réseaux sociaux et dans le cadre de mon mémoire je souhaiterais savoir si vous avez des lectures à me conseiller ?

    Je vous remercie et vous souhaite bonne continuation

    • Clément Pellerin

      Hello Mélanie,
      Je vous invite à consulter le blog de Philippe Khattou interviewé au cours de cet article 😉
      Il est très riche dans le domaine.

      • http://www.french-socialtv.com/ French SocialTV

        Merci Clément 😉

    • http://lestagueursdeseries.com/ Laurie B

      Bonjour Mélanie,
      Sur mon blog Les Tagueurs de Séries (en lien dans mon profil), nous parlons du lancement de séries US sur les réseaux sociaux si cela peut vous intéresser!
      Bon courage pour votre mémoire.

  • Francis Bellier

    je suis actuellement en stage et travaille sur autour du lancement d’une émission, Casquette Bulls